Passer au contenu principal

L'AIEQ à l'Assemblée nationale, prise 2

Propos échangés entre le député de Deux-Montagnes, Benoît Charette, et la ministre Hélène David au sujet de l'AIEQ le jeudi 15 mars 2018.

10 h 54 (version non révisée)

Le Président : …Principale, M. le député de Deux-Montagnes.
M. Charette : Merci, M. le Président. Hier, la ministre des Relations internationales a été questionnée sur la période de grande instabilité que vit l'Association internationale des études québécoises. Cette association assure un rôle et un soutien indispensable aux chercheurs, auteurs, universitaires, réalisateurs de par le monde qui s'intéressent au Québec. Elle a longtemps bénéficié d'un appui financier de 235 000 $ du gouvernement. Il est depuis passé à 85 000 $. Et ce financement est aujourd'hui menacé. Hier, la ministre a soutenu que le gouvernement était en discussion avec la présidente de l'association pour régler le dossier. Or, l'association a publié une déclaration peu de temps après affirmant au contraire et mentionnant qu'il n'y avait eu aucune, aucune avancée dans le dossier depuis octobre dernier. Nous sommes manifestement en présence de deux versions contradictoires. L'une n'est forcément pas conforme à la vérité, à la réalité.
Est-ce qu'un quelqu'un au gouvernement peut nous indiquer qu'est-ce qui en est avec l'association?
Le Président : Mme la ministre de l'Enseignement supérieur.
Mme David : Oui, M. le Président. Pour avoir récemment rencontré ma collègue effectivement des Relations internationales, entre autres sur ce sujet-là, pour une association que je connais bien, étant donné que je viens un peu du milieu universitaire, je peux dire que c'est une association à laquelle nous tenons. C'est une association qui a fait ses preuves dans certains domaines. Là, il y a eu une question de financement, de moins de financement. Nous sommes en train de regarder très attentivement la question. Et je le sais pour en avoir parlé avec la ministre des Relations internationales qui est préoccupée par cette question-là. Nous regardons l'ensemble du mandat, de la gestion, de l'avenir, du rôle qu'on pourrait donner. Nous sommes exactement dans ces discussions-là, M. le Président.
Le Président : Première complémentaire, M. le député de Deux-Montagnes.
M. Charette : La ministre a mentionné hier, et je la cite : «Nous sommes en discussion avec la présidente de l'association qui est située à l'Université de Georgetown à Washington». Dans la déclaration fournie par l'association, on peut plutôt lire : «Il est inexact de dire que le ministère des Relations internationales et de la Francophonie est en discussion avec la présidente de l'association. Celle-ci lui a adressé deux lettres depuis octobre, qui n'ont pas reçu de réponse». La ministre peut-elle conforter l'association qui exerce un… et qui joue un rôle indispensable sur la scène internationale et…
Le Président : Mme la ministre de l'Enseignement supérieur.
Mme David : Écoutez, l'Association internationale des études québécoises regroupe ce qu'on appelle des québécistes à travers le monde. J'en ai rencontré plusieurs. J'en ai rencontré même en Inde. Ce sont des professeurs qui s'intéressent à la question du Québec. C'est pour ça qu'on appelle ça «études québécoises». Alors, effectivement, il y a une présidente actuellement. Avant, c'était un professeur en Belgique. Maintenant, c'est une professeure que vient… Je ne me souviens plus exactement le pays, vous l'avez mentionné. Donc, ce sont des professeurs à l'international qui s'intéressent à cette question-là. Oui, ça joue un rôle important. Comment leur faire jouer? Quel avenir donner à ce genre d'association? Il en existe dans d'autres domaines, je le préciserai. Alors, nous sommes en train de regarder ça attentivement… 
Le Président : En terminant.
Mme David : …ma collègue et moi.
Le Président : Deuxième complémentaire, M. le député de Deux-Montagnes.
M. Charette : Merci. Nous sommes…

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Michel Tremblay demande au premier ministre d'augmenter le financement de l'AIEQ

Michel Tremblay, «Une grave erreur de ne plus soutenir l'AIEQ», La Presse +, section «Débats», 3 mars 2018.



Gérard Bouchard se porte à la défense de l’AIEQ

Gérard Bouchard, «Coupe à l’Association internationale des études québécoises. L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard», La Presse+, section «Débats», 23 février 2018.


OPINION COUPE À L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ÉTUDES QUÉBÉCOISES
L’étrange insensibilité du gouvernement Couillard


GÉRARD BOUCHARD
HISTORIEN ET SOCIOLOGUE
Le gouvernement a décidé d’infliger à l’Association internationale des études québécoises (AIEQ) une deuxième coupe budgétaire, mortelle celle-là et tout aussi arbitraire que la précédente en 2015. De 230 000 $ qu’il était il y a quatre ans, son budget annuel est alors passé à 135 000 $, une somme que l’on va maintenant amputer de 52 000 $.
Selon de nombreux témoignages, ce sera malheureusement la fin de cet organisme que le gouvernement avait déjà tenté de supprimer en 2014. Cette décision ne fera pas pleurer dans les chaumières, bien sûr, non plus que dans les ministères. Et pourtant ! Il y a bien des raisons de s’en désoler.
Cet organisme a été une fo…

Christian Guay-Poliquin demande au MRIF et au Conseil du Trésor de soutenir l'AIEQ

Christian Gay-Poliquin, «Le rayonnement international du Québec étouffé... de l'intérieur», La Presse+, section «Débats», 28 février 2018.

Cosignataires: Monique Proulx, Larry Tremblay, Catherine Mavrikakis, Samuel Archibald, Lise Tremblay, Serge Lamothe, Audrée Wilhelmy, Éric Dupont, Laurance Ouellet-Tremblay, Carole Poliquin, Pierre Nepveu, Élise Turcotte, Marie Colie Agnant, Jephté Bastien, Patrick Leroux, Alain Beaulieu, Judy Quinn, Chloé Leriche, Guylaine Maroist, Sophie Deraspe, Chantal Ringuet.

Pour signer la pétition de l'AIEQ, cliquez ici.



Il y a peu de temps, le Conseil du trésor du Québec a décrété une coupure de 40% du budget annuel de l’AIEQ, l’Association Internationale des Études Québécoises. Cette mesure, on peut s’y attendre, menace la survie du réseau de l’AIEQ qui compte pourtant plus de 3000 partenaires répartis dans 80 pays ! Plusieurs personnalités et différentes associations ont déjà dénoncé publiquement la situation. Aux voix de Gérard Bouchard, de l’UNE…